sous le soleil...(1ère partie)

Publié le par mongomoudj

L'édition 2005-2006 du Paris-Dakar restera ancrée à jamais dans les annales.
La perte de 2 pilotes a entâché cette magnifique course, la tristesse est grande parmi les journalistes sportifs d'imoudj.
Pour rendre hommage aux pilotes, le bureau des sports a décidé de publier un papier sur ce challenge extraordinaire qui n'a  pour seul but que de rendre le sourire aux petits enfants africains, qui, chanceux de pouvoir admirer de très près ces fabuleuses machines de courses, oublient leurs problèmes quotidiens.
C'est pour cela que le bureau des sports a voulu sortir de l'ombre ces concurrents amateurs que l'on oubli trop souvent mais sans qui le Paris-Dakar ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui. C'est  un pilote qui n'a d'amateur que le nom qui a été interviewé par l'équipe d'imoudj: Hubert Daniel-Sabinhansel.



Hubert Daniel-Sabinhansel, Bonsoir.

Kick !

Pardon ?

Ouais, appelle-moi Kick, Hubert, ça fait loose ! Alors je me suis rebaptisé  Kick… Ca fait plus moto !

Donc Kick, vous avez beaucoup fait parler de vous dès le début de la course, puisque vous ne portez pas de casque. C’est risqué non ?

Les risques on s’en fout, le Dakar c’est tout à fond ou rien. Mais surtout, tu vois, là tu touches un point important de ma personnalité. La vie selon Kick, c’est toute une philosophie. C’est que chuis un fan de Coluche, et c’est ma façon à moi de saluer la mémoire de l’artiste. Et pis,comme y disait, coluche, « Mourir sans casque, c’est la mort des plus grands ! »

[On voit Kick s’allumer une cigarette avec un portable.]

Tiens, il est plutot rigolo votre briquet…

C’est pas q’un briquet, ça fait aussi portable, GPS, loupe, bousole, et pis surtout décapsuleur ! Mieux que du système D, du système K, comme Kick.

On le voit d’emblée Kick, vous êtes un personnage haut en couleur, j’ai envie de dire un coureur atypique. Quoi qu’il en soit, contre toute attente, vous êtes 2e au classement général à 40 secondes de la KTM de Nani Romano, et ceci à à peine 4 jours de l’arrivée. Vous devez être sur un petit nuage, non ?

Ah, ben non, moi chuis sur une Kawa 125, mais cuisinée sauce Kick ! Alors c’est quoi la cuisine selon Kick ? Ben c’est une chier de bricole et de démerde. Ma bécane, c’est un châssis de 125 désossé sur lequel on soude un moulbif de 38 tonnes, 2-3 coups de queue de rat, on y lime, on y soude tout, on pousse, ça roule. Une recette simple mais efficace.

C’est en effet une sacrée mécanique, et j’ai envie de dire, c’est quelque part la revanche du système D sur les grosses écuries ! Pas de casque, une moto fabriquée à la maison, vous êtes finalement très proche des Africains. J’ai presque envie de vous appeler le Johnny Clegg du rallye, une sorte de zoulou blanc. Autant dire que vous devez être en parfaite symbiose avec l’Afrique, non ?

C’est vrai… Chuis comme eux. Au niveau de la bouffe par exemple, aucune différence, tu vois, à la maison ça fait déjà 6 mois qu’on bouffe plus que du riz. Y’a pas de petites économies, fallait bien les payer les frais d’inscription pour la course. C’est quand même un sacré budget le PD et quand on est au RMI, et ben on hypothèque ce qu’on peut, on maraude à droite à gauche, on s’prostitue… femme, enfants, et pis moi de temps en temps… J’suis pas le dernier pour décalaminer un pot ou rayer un casque.

Kick, revenons à la course, ça vaut mieux. Parlez-nous des moments forts du Dakar.

Ah bah, d’abord l’départ, à Paname. La poisse. Putain, j’me revois, on était tous prêts, et l’aut’ là, le juge de ligne, enfin l’aut’ pd avec son compte à rebours, y donne le départ, et là direct, j’essore la poignée, au taquet, les gaz à fond, et c’est l’explosion, un nuage de fumée noire. Moteur serré. Mais ça j’ai trouvé tout de suite, c’est l’éther, c’est pas compatib’ avec le propergol (le kérosène)… du coup, c’est risqué, mais je ne mets plus que de l’éther maintenant.

Ce qui explique vos pointes à 280 km/heure dans les dunes ! Une question se pose néanmoins… Le ravitaillement en éther. Comment faites-vous ?

hubert: Ah là chuis tranquille… j’ai soudé 8 réservoirs de 200 litres. Ça me fait un cuve de 1600l., alors du coup j’ai de quoi voir venir, peinard, quoi. Et pis sinon, l’éther ici c’est pas dur à trouver, y’a un réseau très étendu de stations d’éther par ici, enfin, eux, les noirs, ils appellent ça des dispensaires, mais pour moi, c’est une station d’éther. Et pis c’est comme pour la bouffe, le matin, bol de lait concentré, à midi une gamelle de blé, le soir, une gamelle de riz.

Mais là, je vous suis pas bien…

Ben ouais, la bouffe, comme l’éther, ça vient tout des OGM comme l’UNICEF, l’ONU, … enfin, les sociétés humanitaires. Aahh, y sont efficaces ces gens là, chapeau ! euh, enfin, coup de casque !

Ah oui, alors si je comprends bien, pas de camion d’assistance, pas d’équipe technique, etc. En somme, vous êtes complètement autonome ?

Autonome ? Ah non, non, moi chuis un motard. Les caisseux, j’peux pas les blairer. Tous des pd.


A suivre...






Publié dans moudjostilo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques Sélaire 30/01/2006 19:56

Chers journalistes d'Imoudj, pourriez-vous publier une photo de la moto de Kick.Je vous joins une photo de ma moto:http://www.koreus.com/modules/news/article3295.html

mongomoudj 30/01/2006 20:19

cher JacquesIl nous a malheureusement  bien été  stipulé par Mr. Kick que nous n'aurions pas le droit de diffuser quelconques photos de son engin.En effet, celui-ci est en cours de dépôt de brevet dans 259 pays.Par déontologie journaliste, il vous sera donc impossible d'admirer ce bel engin.merci pour lui.la rédactionPS:est-ce votre soeur et votre maman sur la moto?