Le septième jour, Dieu créa Tabourgnon

Publié le par mongomoudj

Après six jours de création, Dieu pensait avoir terminé.
Mais à l'aurore du septième jour
Il s'aperçut qu'il manquait quelque chose...
Alors il prit deux flocons de neige,
Et il fit deux yeux bleus.
Il prit une vague sur la mer,
Pour faire des cheveux auburn.
Il prit un météore,
Et fit un mystique corps...
Il prit une algue, lui mit dans les mains,
Et souffla dans un ténébreux sourire:
''Tu t'appelleras Tabourgnon.''
Là, un rayon de soleil vint effleurer la Terre
Sur un monde azur qui poussait son premier cri.
Voilà 33 années que le monde tourne ainsi
Et je suis cette algue entre tes mains..

 Ignoble vide, tu n'es pas là
Mais comment puis-je t'oublier?
Ô mon blog chéri, ne me laisse pas!
Un mélange sucré-salé
Drapé d'un voile d'indécence
 Je vis d'eau fraîche et de Tabourgnon

La pétulance et le panache de ces quelques vers apothéotiques ont transpercé votre échine de frissons jouissifs. Vous aussi aimeriez partager ce raffinement  lyrique avec les poètes de Imoudj... Et bien cela est aujourd'hui possible: Venez vite retrouver nos plus belles plumes dans notre salon dédié à la Nouvelle Poésie... Le voyage dans le monde onirique des mots démarre ici.

Publié dans moudjostilo

Commenter cet article

Fratercula arctica 11/03/2006 08:12

Et les macareux alors...

Josh Brown 10/03/2006 14:33

Aujourd'hui nous sommes tous des mérous!

Pingouin 10/03/2006 04:53

Arf ! Suis déçu, j'ai cru que Mr Petch avait enfin testé la plantation de Psylos dans l'jardin de la poste...

jean-pierre 09/03/2006 23:19

Quel Hommage!

sublime