A toute chose malheur est bon. Une histoire de l'ile de Pâques

Publié le par mongomoudj

    Qui n’a jamais rêvé d’aller faire du Quad ou du Buggy à l’île de Pâques ? Peu nombreux, les 3000 habitants de l’île vivent majoritairement à Hanga Roa, la capitale. Ce qui fait de Eastern Island (île de Pâques en anglais) le paradis du Quad, c’est qu’il n’y a pas un arbre, très peu d’habitants et qui plus est regroupés en un espace unique (ce qui évite les problèmes d'enfants-obstacles comme au Paris-Dakar) et pas la moindre faune, ce qui fait qu'on est sûr de ne pas shooter une bestiole protégée. Pas de bestioles, pas d’arbres, donc pas d’écolos. CQFD. S’il existe un paradis pour tous les fondus de sports extrêmes à moteur, c’est bien là-bas. Oui, c’est pas mal, mais c’est un peu loin, diront les fines bouches. Et vous avez raison amis casqués. Alors pour ceux qui ont un peu de temps devant eux (quelques centaines d’années, guère plus), vous allez comprendre en quoi l’île de Pâques est un modèle pour le futur de l’humanité et donc un modèle à suivre pour tous les amoureux des “loisirs verts”.
    Quand elle fut découverte en 1722, L’île de Pâques ne possédait déjà plus qu’une végétation rase et ne comptait pas plus de 400 habitants pour pas loin de 900 statues. La question que dut alors se poser le navigateur hollandais Jacob Roggeveen en arrivant fut certainement : « Mais, bon sang de bon soir, comment ces 400 sauvages ont-ils bien pu sculpter, déplacer, hisser, dresser toutes ces statues aux quatre coins de l’île sans même le moindre tronc d’arbre et la moindre corde pour les aider à faire glisser ces monolithes de leur lieu de taille à leur lieu d’exposition ? »
    C’est que, Jacob, 3 siècles avant que tu ne posasses le pied sur cette terre lointaine, l’île était bien différente : une forêt de palmiers la couvrait alors, les oiseaux y vivaient en grand nombre et la population atteignait presque les 15 000 individus. Le palmier indigène offrait sa sève et ses noix en guise de nourriture, son tronc pour fabriquer des pirogues pour pêcher, ses fibres pour fabriquer des cordes et assurait gîte et couvert à la faune sauvage. Tout aurait pu être parfais si les Rapanui (peuple autochtone) n’avaient été des être humains aussi crétins que nous le sommes de nos jours : divisés en groupes rivaux, ils ne cessèrent de sculpter des statues géantes afin d’affirmer leur supériorité les uns sur les autres et surtout de couper sans compter des palmiers afin d’acheminer leurs moai (les monuments en question) pour faire la nique à leurs voisins. Ceux-ci répondaient à la provoc’ par l’érection d’un nouveau moai jusqu’au jour où il n’y eut plus de palmiers… Les sols devenus vulnérables à l’érosion, les récoltes diminuèrent. Les oiseaux ne tardèrent pas à disparaître, tout comme les activités liées à la pêche puisqu’il n’était plus possible de construire de nouvelles pirogues ou de nouveaux cordages. Ne survécut à cette course au plus con qu’une poignée de Rapanui, condamnés à vivre chichement sur une île devenue hostile à l’homme… mais plus propice que jamais aux loisirs verts comme le Quad.
    Bien sûr, les Rapanui étaient des gros nazes et ne voyez surtout aucune allusion avec la façon que nous avons de gérer nos ressources naturelles. L’île de Pâques est une leçon parfaitement apprise et jamais, ô jamais nous ne serions capables de commettre une telle connerie. Preuve en est quand George W. Bush déclare « le mode de vie des Américains n’est pas négociable ».


Publié dans moudjostilo

Commenter cet article

Jean-Baptiste 29/06/2006 13:20

Excellente brochure touristique !  Je ne savais pas que Bush faisait du Quad ! ;-))

Tic 12/06/2006 20:50

oui les pyramides! oui les pyramides!

Josh Brown 12/06/2006 20:47

une autre histoire! une autre histoire!

PB 13/06/2006 13:39

Merci cher ami pour vos encouragements. La semaine prochaine, c'est promis (et vous le savez imoudj' n'a qu'une parole), je vous raconterai l'histoire des sélénites, ces habitants de la lune qui en l'espace de 3 siècles on complétement bu l'eau des cratères, faisant de cette verte planète qu'était la lune, le triste satellite désertique que nous connaissons aujourd'hui. Et tout ça pour rendre le pastis un peu moins sec !A la semaine prochaine !