Festival de la cité, Paléo, Montreux Jazz Festival et les marchands du Temple

Publié le par manZi

Le festival de la cité : souvent « cité » pour son ambiance. Ce mauvais slogan issu de la campagne d’affichage officielle pourrait s’appliquer à toutes les manifestations estivales de Genève à Sion. Et oui, maintenant on va au Paléo comme au bistrot. La musique est pas trop forte, y’a des jolies couleurs partout et on peut mater comme des salops. La programmation on en parle au coin presse et les festivaliers liront Le Matin pour se faire un avis sur ce qu’ils auront ourdi de loin, bien trop occupés à zigzaguer entre les stands de bouffe-boissons, rebaptisés les bouffes-sons tant ils sont devenus l’attraction de ces lieux au détriment des vraies animations. 

 

Tiens, vlà l’autre marchand du Temple avec ses assiettes de fruits au kilo. 

Il était pas à Montreux ?

- Si

- Au Paléo ?

- Vi

- Aux fêtes de Genève ?

- YEP

- Au Rock’ n Poche ?

- Euh non quand même faut pas déconner...

Eh ! Guette z’y voir le gonz avec ses maxi dreads. Où ça ? Ben là-bas, le bab’ derrière le marchand de kébab. Quand le gras exotique navigue du cheveu à l’assiette, c’est mieux pour les recettes. Où qu’ils sont passés les pourris de punk jongolos ? Hors-cité les excités. Place aux nouveaux débits de boissons qui débitent du mauvais son pour amuser la génération bof-bof. Effectivement, les beaufs y trouvent leur compte éthylique et des refrains usés plus faciles à éructer. C’est cool, on est obligés de crier pour se causer. Une vraie boîte de nuit. Le pied. On peut gueuler et casser ses verres de blanc comme dans les fêtes de sauvetage lémanique. Trop fendant. Au Paléo, ça gueulait « bamboulééééé». Les plus fins le détournaient déjà en « taboulééééé ». Leurs beuglements ont trouvé un écho très favorable dans l’enceinte de la citadelle lausannoise.

La gastr(éc)onomie festive a encore de beaux restes à nous servir durant tout l’été.

Et moi là-dedans, je déambule avec cette sinistre impression de non dépaysement, de me taper du lèche-sans-vitrines, bref de faire partie des apifious zonant dans la playstoubi. Heureusement, si je lève les yeux, le château et la cathédrale calment mes aigreurs standophobes pour m’inviter à la résignation contemplative bien au-delà des brumes de saucisses de veau.

Mouais… C’est plus ce que c’était l’ambiance dans le Vaud.

Publié dans moudjostilo

Commenter cet article

manZi 10/07/2006 11:06

dur dur de rajeunir...

cf ci dessus 09/07/2006 15:59

Attention la Manze, tu nous fais une déprime post trentenaire. Mais c'est pas grave prends une bignouse, allumes la TV et peut-etre que ce soir tu vas rajeunir de 8 ans...

jukebox 08/07/2006 18:33

tiens...j'vais aller au stand raclette....

PB 08/07/2006 14:46

Mais il est encore là celui-la?
Nous parleras tu prochainement du festival d'Ouvéa?

Systool 08/07/2006 09:36

Vivement l'article sur le Montreux Jazz ;-)SysT