Les orizines du fanzine Imoudj

Publié le par manZi

 

Après une délocalisation en Asie pour des raisons de compétitivité sur le marché du e-fanzine, l’effectif rédactionnel a été revu à la baisse. Il fallait allègrement dégraisser la moumoute de ces quelques 200 têtes pensantes de pigistes. Après avoir contacté la cellule scientifique et comptable, il s’est donc confirmé que le nombre d’organes préhensibles adéquat pour le format du produit éditorial était 8.

  

 

Littéralement le mot imoudj vient du vietnamien : "i"=8 et "moudj"=mains ; cf. Le Petit Nguyen Illustré.

 

 

 Imoudj est également un concept fédérateur basé sur des notions d’humanisme et d’entraide qu’on ne retrouve que dans ce milieu de la grande finance internationale débridée. Il tient son origine dans un conte traditionnel de la région du Ratchathani…

Il était une fois un jeune vietnamien, Imoudj, originaire du petit village de Chiang-Maï Okouy, qui naquit avec une cruelle infirmité… Il était en effet affublé de huit mains réparties toutefois équitablement à l’extrémité de quatre bras.

Très tôt, ses petits doigts lui dirent qu’il devait mettre à profit ce don de la nature. Son père lui rappelait souvent ce vieux dicton : « Sache te tirer d’un mauvais pas comme l’éléphant de la vase »

A l’école il préférait faire les devoirs de ses 112 camarades de classe plutôt que de briller au foot dans la cour de récréation. D’ailleurs, à quinze ans, un manager lui proposa un contrat professionnel mirobolant de gardien de but pour le FC Buddha Bar Seûhlon. Il refusa l’offre pour aider ses parents dans la riziculture.

Très vite, la petite entreprise familiale alimentait en basmati la moitié de la province du Nissin-Kupaniddle grâce à une productivité ahurissante. Normal avec un seul employé et quarante phalanges dévoués à un tri sélectif de qualité. Un jour, son concurrent direct outre Pacifique, tonton Mercedes, proposa une reprise de l’unité de production. Comme il ne collait jamais, celui-ci passa assez rapidement sur les clauses sociales de ce rachat : Imoudj s’y opposa donc formellement.

Vint alors le service militaire. Période pendant laquelle Imoudj aurait pu se révéler comme le sergent rêvé, capable de décharger un rasade de napalm sur l’envahisseur khmer, de décapsuler une grenade et de finir au corps à corps un adversaire à l’arme blanche tout en passant la bite au cirage du premier troufion. Mais non, Imoudj opta pour la corvée de patates. Autant dire que les 72 casernes du pays furent abondamment achalandées en frites et que la purée coula à flot pendant ses deux années de service.

L’armée lui permit également de se familiariser avec la musique militaire puisqu’il intégra la fanfare du régiment. Rapidement, la fanfare ce fut lui. Homme-orchestre prodige, sa popularité grandissante aurait pu faire de lui un musicien riche et adulé. D’autant qu’avec l’arrivée de la musique électronique, ses talents de Dee-Jay sautèrent aux yeux des plus grandes majors. Seul Imoudj était capable dans le même set de scratcher sur du 2 manydj’s, de lancer des breaks endiablés à faire pâlir Fat Boy Slim, d’enchaîner des boucles de Vee-Jaying, de se préparer 22 rails de coke et d’élaborer un subtil cocktail pour le pilier de comptoir en palpant les fesses de la jolie petite blonde là-bas au fond. Encore une fois, il choisit la voie de la contrition et de la charité en se produisant dans les hôpitaux du pays pour les enfants malades.

Imoudj vécut toute sa vie dans cette humilité bienfaitrice sauf, un jour de janvier 2006, où il encula un chat.

Publié dans moudjostilo

Commenter cet article

Nicolas Mhar 28/01/2006 09:42

Incroyable! Je t'ai retrouvé Cousin. Je m'appelle Moudji. Je souffre du même type de handicap mais au niveau de mon sex. Enfin de mes 8 pénis et de ma grappe de 16 testicules. Je travaille comme poulpe dans un cirque forain.
Imoudj contacte-moi vite sur mon site web !!!

Bernadette C. 27/01/2006 19:53

Cette biographie est tres touchante et j'étais prêt à croire à l'existence de ce M. Imoudj' jusqu'à ce que je lusse cette regrettable anecdote 'd'enculage de chat' qui me laisse penser que M. Imoudj' n'est en réalité qu'une triste invention de votre part.Je ne vous salue pas.Salutations.